Accueil > Formations > Options obligatoires et de spécialité > Première ES - Option Mathématiques

Première ES - Option Mathématiques

L’option obligatoire « Mathématiques » en première ES

En fin d’année de seconde, les élèves qui s’orientent en première ES ont à choisir une option obligatoire. Afin de les aider à se décider, voici quelques éléments à prendre en compte concernant l’option obligatoire mathématiques.

Quelles conséquences pour l’année de première et le baccalauréat ?

L’horaire hebdomadaire de l’enseignement de l’option mathématiques est de deux heures. Il peut être prolongé en terminale ES avec l’enseignement de spécialité, dont l’horaire hebdomadaire est également de 2 heures.
Au baccalauréat, l’épreuve de mathématiques a un coefficient 7 pour les candidats ayant choisi l’enseignement de spécialité (contre 5 pour les autres).
En principe, le choix de l’option obligatoire en première ne conditionne pas le choix de l’enseignement de spécialité en terminale. Cependant, il semble peu judicieux de choisir l’option mathématiques en première et de ne pas opter pour la spécialité en terminale ; et il est impossible de suivre le programme de spécialité en terminale sans avoir suivi l’option en première. Il faut donc déterminer son choix de l’option mathématiques en première en fonction de la spécialité envisagée en terminale.

Pourquoi choisir l’option mathématiques ? À qui s’adresse-t-elle ?

- Un enseignement « intéressant » pour des études longues

  • pour les élèves qui veulent s’engager dans des classes préparatoires aux écoles de commerce (HEC "voie économique").
  • pour entrer après le baccalauréat dans des écoles de commerce avec prépas intégrées où postulent aussi des élèves de la section S
  • pour ceux qui souhaitent faire des études de sciences économiques et sociales à la faculté.

- Un enseignement « utile » pour des études courtes : en IUT de gestion, par exemple, les résultats en mathématiques des élèves ayant suivi l’enseignement de spécialité sont en général meilleurs, d’où une possibilité accrue d’intégrer sur titre une école de commerce, et ainsi d’accéder aux métiers de la finance, de la banque, à l’expertise comptable...

Qu’y apprend-t-on ?

- Complément sur les fonctions
Les fonctions affines ont été étudiées en classes de troisième et seconde. Il s’agit simplement de prolonger cette étude aux fonctions dites "affines par morceaux", qui modélisent bon nombre de phénomènes (par exemple, la courbe de l’impôt sur le revenu).


- Géométrie dans l’espace
La géométrie analytique étudiée en seconde est étendue à l’espace : on retrouve les vecteurs et leurs coordonnées, ainsi que les équations de droites, mais aussi de plans. L’étude de quelques fonctions de plusieurs variables pourra conduire à la représentation de surfaces de l’espace (en général sur ordinateur) ainsi qu’à l’observation et l’interprétation de lignes de niveau. Ces notions interviennent dans la résolution de problèmes faisant intervenir de nombreuses variables.


- Calcul matriciel
Les programmes en mathématiques des études économiques portent pour une grande part sur l’algèbre linéaire, ce qui justifie l’introduction en première du calcul matriciel. L’objectif premier est la description puis la résolution de problèmes faisant intervenir de nombreuses données numériques. Cet enseignement trouve une première application dans la résolution de systèmes d’équations, et sera réinvesti dans l’enseignement de spécialité en terminale pour l’étude des graphes et de certaines suites.